Le chevalier de la Forge

Un jour, dans un petit village nommé Fritix dans le nord de la France, vivait un forgeron robuste et courageux, mais fort pauvre, malheureusement pour lui. Il s’appelait Pierre. C’était un jeune homme qui avait 23 ans. Il travaillait avec acharnement pour payer la dette de ses parents qui avaient été fait prisonniers par le roi Discourma, une terrible personne qui faisait croire à son peuple qu’il était le roi le plus gentil, alors que c’était tout le contraire.

Un jour, celui-ci appela tous les peuples de la France pour faire un discours de la plus haute importance : «Oyez, oyez brave gens, grande salutation à vous royaume de France. J’organise un grand concours pour élire le meilleur combattant. Celui-là aura le privilège d’être le mari de ma fille. Que vous soyez d’une  noble ou bien un pauvre, vous êtes  tous invités. »

Toutes les personnes intéressées se précipitèrent vers le château. Les combats commencèrent les uns après les autres. La plupart des personnes étaient des chevaliers hors-pair mais Pierre les battit tous  avec aisance.

Le dernier combat se révéla plus difficile. Notre héros devait affronter Hygor, surnommé le chevalier des enfers. Il était redoutable et sans pitié. Il avait gravement blessé ses autres adversaires auparavant. Pierre décida d’attaquer de plein front, mais Hygor riposta avec son écu et il transperça  l’armure de son adversaire avec sa lance. Pierre tomba à terre et la victoire revint haut la main au chevalier des enfers.

Après ces combats le roi remercia tous les participants et les invita le soir même à un grand banquet dans une des salles du château. Pierre s’y rendit comme tout le monde. Ils commencèrent à manger à 20 heures précise. La table était garnie de bonnes choses : des perdrix, des fraises des bois, du vin et bien d’autres encore. Après ce repas exquis, Pierre rentra chez lui.

Mais sur le chemin du retour, il croisa Blanche-fleur : c’était la fille du roi. Elle était belle comme une rose qui vient d’éclore sous la rosée du matin. Elle avait les yeux  bleus étincelants comme le ciel. Elle lui dit : « Mais je vous reconnais, vous êtes la personne qui a perdu contre Hygor.

 

 

 

 

 

– Vous avez raison, je suis cette personne, qui a lamentablement perdu contre lui, Pierre.

– Ne dites pas ça. Si vous avez échoué c’est parce qu’il était tout simplement trop fort pour vous, dit la princesse d’une douce voix.

– Peut-être. Excusez-moi, il se fait tard et je dois rentrer chez moi car demain j’ai une longue journée qui m’attend, dit Pierre.

– Oui je comprends, au revoir, j’espère qu’on se reverra dans un futur proche.

– Oui, moi aussi », répond Pierre.

Il ne voulait pas le dire mais en fait il était amoureux de Blanche-fleur. Il devait le cacher car c’était Hygor qui devait se marier avec elle.

Pierre dormit quelques heures puis se réveilla à l’aube et partit à l’aventure dans la forêt enchantée sur son fidèle destrier. Il affronta des loups féroces, des serpents venimeux, des ours enragés jusqu’à arriver dans une brume épaisse et sans faille où, à l’intérieur, il y avait un lac.

Ce n’était pas un lac comme les autres : il était magique. Notre héros s’agenouilla pour remplir sa gourde et un âne surgit du lac et l’y entraîna ; on pouvait respirer à l’intérieur.

L’âne  commença à lui parler : « Hé ça va p’tit. On dirait bien que je t’ai fait peur.

-Mais tu parles ! Comment cela se fait-il? Demanda Pierre.

– Ici, tout est magique. C’est un sorcier qui a tout transformé. Cela remonte à très longtemps, dit l’âne.

– Moi je m’appelle Pierre de la Forge et toi ?

– Moi je suis Roberte protège la forêt des méchants envahisseurs. Je suis en quelques sortes le gardien de la forêt. Tu as du cran de t’être aventuré jusqu’ici, et pour cela, je vais t’aider à conquérir Blanche-fleur, dit Robert.

– Comment le sais-tu ? dit Pierre.

-Mon enfant, je sais tout sur toi » dit Robert.

Pierre continua sa route avec son cheval et Robert en direction du château du roi Discourma. L’âne ne pouvant point sortir de la forêt, il lui offrit un haubert avec un écu, un heaume, une lance et une épée indestructible nommée Zad’rock. Pierre remercia son ami Robert et reprit son chemin.

Il commençait à faire nuit donc il décida de s’arrêter pour se reposer.

Le lendemain matin, il reprit la route jusqu’aux environs de midi. Il commença à voir le château. Il arriva à la cérémonie du mariage qui avait déjà commencé. Notre héros s’interposa et dit : « Je suis contre ce mariage. Hygor je te défis dans un combat. On aura le droit de prendre n’importe quelle arme et nous pouvons tuer notre adversaire.

-Qu’est-ce que j’y gagne moi, dit Hygor ?

-Tu ne gagnes rien, mais je ne suis qu’un pauvre chevalier de pacotille. Si tu ne combats pas, cela voudra dire que tu as peur de moi »dit notre héros.

Hygor, qui était orgueilleux, accepta le combat. Il se vêtit d’un haubert, d’un heaume, d’un écu et d’une épée. Ils commencèrent à s’affronter. Comme la dernière fois, Pierre fonça tête baissée avec Zad’rock. Hygor se protégea avec son écu mais cette fois-ci, le coup était tellement fort qu’il le brisa en mille morceaux. Le chevalier des enfers frappa Pierre avec une avalanche de coups d’épée, mais son armure, faite d’un métal solide et précieux, était si robuste qu’elle n’eut même pas une égratignure. Le sang coulait à flot.

Les deux concurrents étaient d’une force égale aucune de ces deux personnes n’avait l’avantage. La nuit commença à tomber. Les personnes partirent les unes après les autres mais Hygor et Pierre continuèrent leur combat avec acharnement.

Le lendemain matin, ils étaient toujours là, ils n’avaient pas fermé l’œil de la nuit. Ils n’avaient ni mangé, ni bu depuis hier. Nous avions un combat épique entre ces deux personnages. Hygor, qui était plus lourd que Pierre, commença à se fatiguer. Notre héros en profita pour donner un coup d’épée puissant. Ce coup fut tellement fort qu’il brisa l’armure d’Hygor. Celui-ci tomba à terre, ventre au sol.

Pierre cria victoire, mais malheureusement Hygor n’était pas mort. Il se releva et il attaqua lâchement notre héros par derrière en lui assénant un coup d’épée entre les omoplates.  Le haubert  de Pierre   était transpercé. Sous la violence du coup porté, le glaive du Chevalier des enfers se brisa en deux. Pierre, malgré la douleur et la fatigue,  réussit à réunir ses dernières forces pour donner un  coup de lance qui toucha mortellement au cœur Hygor. Malgré sa sévère blessure, Pierre sortit victorieux de ce terrible affrontement.

Le roi Discourma, déçu, décida de s’exiler, accompagné de son fidèle valet vers une autre destiné.

Pierre se maria avec Blanche-fleur car ils s’aimaient et notre héros libéra les personnes qui avaient étaient faites prisonnières par le méchant roi Discourma


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *